Actualités

Découvrez nos dernières croisières dans les Antilles, les dernières infos sur les bateaux, l'actualité des croisières aux Antilles, les bons plans....etc...
sargasses aux Antilles

Les sargasses aux Antilles

17 juin 2019 - Ecole de croisière guadeloupe -

Vous êtes nombreux à vous inquiéter des sargasses aux Antilles. C’est plus inquiétant pour ceux qui vont séjourner à terre que ceux qui vont naviguer. Le problème concerne les cotes exposées au vent ( vers l’EST ). Si vous devez prendre un logement assurez vous d’être bien exposé. Maintenant de nombreuses communes ramassent les algues rapidement.

Pour les séjours de voile , nous ne sommes pas très impacté, ce n’est pas tellement gênant.

Lors de nos stages ou croisières nous nous abritons toujours sous le vent des iles, donc nous ne sommes pas importunés par les sargasses au mouillage. Les algues s’accumulent sur la cote au vent ( voir la carte ).
Les algues peuvent être gênantes en navigation quand elles forment des gros radeaux de quelques 200m2…. elles bloquent les hélices ou les safrans, il est bien de les éviter.

Pourquoi une nouvelle Mer des Sargasses étouffe les Antilles

Article paru dans “the conversation”

Tout le monde, un jour, a entendu parler des sargasses : la mystérieuse Mer des Sargasses découverte par Christophe Colomb en route vers l’Amérique, lieu de la reproduction des anguilles suscite, de longue date, la fascination du public. Plus récemment, en moins positif, on a largement évoqué les invasions de Sargasses qui pourrissent la vie des habitants des Caraïbes.

De quoi parle-t-on, précisément ? D’algues brunes qui ressemblent à des petits arbres avec un tronc, des branches et des feuilles et des flotteurs qui leur permettent de rester bien droites sur le fond des océans et de flotter quand elles se décrochent. Il existe plus de 350 espèces de sargasses dans le monde. Elles appartiennent au genre Sargassum, qui signifie varech en portugais et ont été décrites par un étrange naturaliste, homme de lois suédois Carl Adolf Agardh au 19e siècle. ( …..)

Enfin, une poignée d’espèces forment la mer des sargasses dans l’Atlantique Nord. Ces algues (leur nombre et identité n’est pas connu avec certitude) ont une particularité incroyable : elles passent l’intégralité de leur vie à flotter en plein océan. Contrairement à leurs cousines, elles ne s’attachent jamais au fond de la mer. Sur des millions de kilomètres carrés, des radeaux flottent au gré des courants et des vents, parfois très abondants, elles peuvent couvrir des dizaines de kilomètres carrés. Christophe Colomb a été le premier navigateur à rester littéralement scotché dans un radeau géant de sargasses !

Echouages catastrophiques

Depuis 2011, des millions de tonnes de ces sargasses flottantes s’échouent aux Caraïbes, Afrique de l’Ouest, au nord du Brésil et pénètrent en masse dans la mer des Caraïbes pour finir sur les plages de Floride. Les algues, que l’on détecte depuis l’espace, sont maintenant proches de l’Équateur et, par le jeu des courants, remontent sur les Caraïbes. Les échouages sont catastrophiques : les algues s’entassent et pourrissent sur le littoral, elles larguent de l’hydrogène sulfuré (odeur d’œufs pourris) qui intoxique les habitants et corrode le métal dans les maisons. Leur quantité empêche la navigation dans les petits ports, les herbiers de plantes sous marines sont détruits, les tortues ne peuvent plus pondre sur les plages…

En Guadeloupe, les habitations face au port de Capesterre envahi par les sargasses. Hubert BATAILLE/Blog de la mission sargasses, CC BY

La communauté scientifique française s’est mobilisée pour étudier le phénomène et, l’été dernier, une première campagne océanographique financée par l’IRD à bord de l’Antea a parcouru plus de 5 400 kilomètres à la recherche de la nouvelle mer des sargasses au sud des Antilles. Treize scientifiques marseillais (du laboratoire MIO), brestois (laboratoires LEMAR et IMAGO) et de Point-à-Pitre (laboratoire BOREA) et 12 marins et guidés et épaulés par des équipes à terre, ont pu passer 25 jours en mer à étudier, prélever, plonger, mesurer des sargasses et leur environnement.

Le constat est sans appel : les sargasses sont présentes au sud et plus au nord, elles prolifèrent partout sur l’océan, sous forme de très longs filaments formés par les vents, ou bien de petites taches ou d’individus isolés, mais les radeaux géants sont rares et fugaces. Il y a plus d’espèces qui forment ces radeaux, dont une forme inconnue qui est la plus abondante.

Les échantillons sont prélevés, les analyses sont en cours, et bientôt on saura combien d’espèces il y a dans ces zones, comment se dispersent-elles sur l’océan, quelle est l’influence des fleuves amazoniens sur leur prolifération, quel est le rôle du réchauffement de l’océan et celui des brumes de sables du Sahara… Il faudra encore patienter une bonne année pour lever un coin du voile sur l’une des plus grandes proliférations d’espèce sur la planète.

source: http://theconversation.com/pourquoi-une-nouvelle-mer-des-sargasses-etouffe-les-antilles-84977

0 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Visit us on Google+