Actualités

Découvrez nos dernières croisières dans les Antilles, les dernières infos sur les bateaux, l'actualité des croisières aux Antilles, les bons plans....etc...

La biodiversité des Antilles

15 octobre 2021 - Ecole de croisière guadeloupe - ,

Du corail aux poissons aux oiseaux en passant par les fruits et légumes, voici une présentation de toute la richesse de nos iles….

2 documents à télécharger pour bien profiter de votre séjour…
Et oui…. il n’y a pas que le bateau et tirer sur les ficelles qui compte..:-)…..Profitons de la beauté et de la générosité de Dame Nature ( tant qu’il en reste :-(

Au cœur de la Caraïbe et des Petites Antilles, la Guadeloupe ( en particulier ) regorge d’animaux, de végétaux, d’écosystèmes et de paysages, tant terrestres que marins. Cette biodiversité est Issues de la variété des conditions géologiques, climatiques, du sol et du relief qui favorisent une richesse exceptionnelle sur un territoire pourtant restreint.

La biodiversité des Antilles se compose donc des bactéries jusqu’aux baleines à bosse. Des arbres Acomat boucan, en passant par les petites grenouilles ou les chauves-souris. Mais elle intègre aussi la centaine de variétés d’igname, de pois, de légumes verts, de fruits comme le carambole, le corossol ou la papaye que l’on rencontre dans des lieux aussi familiers que nos jardins.

Tous ces êtres vivants évoluent ici dans différents habitats caractéristiques des milieux tropicaux insulaires : récifs coralliens, prairies sous-marines, littoraux où alternent mangroves, plages de sable ou de galets, côtes rocheuses avec falaises, zones humides, forêt sèche décidue ou semi-décidue, forêt sempervirente saisonnière, forêt dense humide, savane d’altitude, …

“La Guadeloupe fait partie de l’un des 34 points chauds de la biodiversité mondiale.”

Cette biodiversité est menacée, fragilisée notamment par la pression urbaine (en particulier sur le littoral), le mitage consécutif aux défrichements, le manque de respect collectif de l’environnement, auxquels s’ajoutent l’introduction par l’homme de nouvelles espèces domestiques ou sauvages envahissantes ainsi que les impacts de cyclones ou d’éruptions volcaniques, qui entraînent la disparition des biotopes.

Or, plus un milieu est riche en espèces animales et végétales, plus il est stable et résistant aux pressions naturelles et anthropiques. Les espèces des différents milieux interagissent et dépendent les unes des autres, créant un équilibre naturel. Le littoral résiste mieux aux cyclones s’il est protégé par la barrière de corail et par la mangrove par exemple.

La DéAL Guadeloupe intervient donc pour préserver cette richesse naturelle, avec de nombreux acteurs locaux, notamment par la mise en place de protections des espèces animales et végétales ainsi que des espaces naturels.

Un point chaud de biodiversité, ou zone critique de biodiversité1, est une zone biogéographique, terrestre ou marine, possédant une grande richesse de biodiversité particulièrement menacée par l’activité humaine.

Wikipédia
Frégates superbes à Barbuda

Je vous présente ici un petit guide ( assez complet ) de la biodiversité des Antilles. Des animaux, des plantes, du corail….que vous rencontrerez sur l’eau , sous l’eau …lors de vos stages de voile ou bien lors de vos excursions terrestres à Marie Galante par exemple.

Je vous invite donc à le consulter pour être des marins observateurs et avertis..:-)

Comment partir en vacances en Guadeloupe sans connaître les fruits et légumes à déguster sur place ?

De Basse-Terre à Grande-Terre, découverte de la Guadeloupe, un archipel dont chacune des îles qui la compose apporte ses particularités dans tous les domaines et également pour l’agriculture.

L’île de Basse-Terre, montagneuse, est en grande partie couverte par les forêts, les surfaces consacrées à l’agriculture se situant entre l’océan et les flancs de la chaîne volcanique qui constitue son axe longitudinal. On distingue la côte au vent, humide et aux sols volcaniques très fertiles, où sont présentent de vastes exploitations dédiées à la banane et à la canne pour le sucre et le rhum, mais aussi d’autres consacrées au maraîchage et à l’horticulture, de la côte sous le vent (à l’ouest), souvent abrupte et moins arrosée dont les surfaces agricoles sont plus réduites et tournées vers des productions plus traditionnelles comme le café, le cacao, la vanille et plus récemment l’agrotourisme. Le nord de la Basse-Terre est resté très agricole et la canne à sucre y prédomine en association avec l’élevage.

L’île de Grande-Terre est de formation géologique très différente, avec des sols d’origine corallienne, très argileux ce qui en fait un territoire historiquement tourné vers la canne à sucre, avec de fortes richesses saccharines pour le sucre fabriqué par la seule sucrerie de Guadeloupe « continentale », sur la commune du Moule et des arômes soutenus pour les rhums. La zone des Grands Fonds est très vallonnée par de multiples mornes et le sud est clairement tourné vers l’activité touristique balnéaire. En revanche, dans le Nord-Est, de nombreuses exploitations se sont tournées vers le maraîchage et le melon de contre-saison, ce qui en fait le potager de la Guadeloupe.
Comme en Basse-Terre, le voyageur rencontrera de nombreux bovins de race créole pour la plupart, paissant tranquillement dans les prairies et au bord des routes selon la technique traditionnelle de l’élevage au piquet.

Si les îles de l’archipel des Saintes, tournées vers le tourisme et de la Désirade, axée vers la pêche, sont peu agricoles, il n’en est pas de même de Marie-Galante où la culture de la canne à sucre, en association avec l’élevage bovin et porcin se perpétue au travers d’un mode d’exploitation resté très familial et traditionnel avec les fameux « cabrouets » – charrettes à bœufs utilisées pour amener la canne vers la sucrerie ou les trois distilleries agricoles de l’île, célèbres pour la qualité de leurs rhums.

0 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Visit us on Google+